Accueil Blog Voiture au bioéthanol : le bon plan écologique et économique ?

Voiture au bioéthanol : le bon plan écologique et économique ?

Il est principalement connu sous le nom d’alcool éthylique, c’est l’éthanol. Le bioéthanol est défini comme l’éthanol produit par un processus de fermentation de parties de plantes, ce qui le distingue de l’éthanol dérivé de produits pétroliers par des procédés chimiques.

Les sources de bioéthanol

Il est obtenu par un processus de fermentation de ces plantes riches en sucres, mais aussi à partir des déchets de transformation des sucreries et du marc de raisin. La matière première pour la production de bioéthanol peut être distinguée en trois groupes :

  • les substances riches en amidon comme les pommes de terre et le maïs ;
  • les substances riches en cellulose : représentées par presque tous les déchets agricoles
  • tels que la paille et l’élagage en général ;
    les substances riches en saccharose (betterave sucrière).

Bioéthanol et essence

Les principaux avantages du bioéthanol par rapport à l’essence classique (Gazole, Sans Plomb 95 et 98) sont sa biodégradabilité totale et une réduction d’environ 15 % des émissions de CO2 et de métaux lourds. En ce qui concerne les composés volatils (COV) et les oxydes d’azote (NOx), il n’y a pas de différences majeures avec l’essence.

Dans des pourcentages ne dépassant pas 15%, il est possible de mélanger de l’essence et du bioéthanol dans le réservoir de notre voiture sans avoir à modifier le système d’alimentation. Pour des pourcentages plus élevés, il est nécessaire d’intervenir sur les injecteurs ou de reprogrammer l’ECU et de monter des bougies d’allumage avec un degré thermique supérieur de deux points à celui des bougies d’origine.

En ce qui concerne la consommation, le bioéthanol a un contenu énergétique plus faible que l’essence (c’est-à-dire qu’il développe moins de calories pour la même masse) mais un indice d’octane plus élevé, ce qui augmente l’efficacité de la combustion. Cela se traduit par une consommation presque identique à celle de l’essence pour les mélanges contenant 20% de bioéthanol, alors que pour des pourcentages plus élevés, il faut intervenir sur le taux de compression du moteur.

Cependant, sans trop se casser la tête ou devoir installer un Boîtier éthanol, il existe depuis quelques années des moteurs qui peuvent être alimentés indifféremment par de l’éthanol et de l’essence. Il s’agit des moteurs Flex Fuel, sûrs et fiables à tel point qu’ils sont utilisés par 85% des voitures au Brésil par exemple.

Vraiment écologique ?

Les processus de production du bioéthanol sont très variés, il est donc difficile d’estimer l’énergie nécessaire à sa production et la pollution produite. La plupart des usines de bioéthanol actuelles utilisent du gaz naturel ou du charbon pour le processus ; la fermentation elle-même libère du CO2 dans l’environnement ; la production d’engrais azotés utilisés dans la culture des plantes, nécessite l’utilisation de gaz naturel ou de diesel (on estime à environ 1,5 litre par kilo d’engrais) ; le transport par route représente 15% du bilan énergétique final.

Toutefois, pour donner une référence énergétique, on peut dire que pour 100 unités d’énergie utilisées pour la production de bioéthanol, 130 sont obtenues par sa combustion. Le bilan final n’est donc pas extraordinaire par rapport au biodiesel, mais sa transformation peut être largement améliorée.