Accueil Blog Skoda Octavia G-TEC : toujours plus premium

Skoda Octavia G-TEC : toujours plus premium

Il y a 25 ans, le 3 septembre 1996, débutait la production de la Skoda Octavia, le modèle le plus important de la nouvelle orientation de la marque, le premier après son intégration au groupe Volkswagen. Ces dernières années, elle a joué un rôle essentiel dans la croissance de l’entreprise et quelque 7 millions de clients l’ont choisie, grâce à ce qu’elle offre depuis la première génération : beaucoup d’espace, une technologie de pointe, des systèmes de sécurité de haut niveau et, comme toujours, un excellent rapport qualité-prix.

Elle reste aujourd’hui la voiture la plus vendue de Skoda. Les raisons de son grand succès sont nombreuses : pratique, concret, polyvalent, croissant en qualité et en contenu à chaque génération.

Conception

Avec cette quatrième génération, même le design s’est amélioré et n’a pas grand-chose à envier à ses cousins plus emblématiques et dits « premium« . Ses lignes sont fortes mais jamais excessives, elle est bien proportionnée, élégante, une familiale mais avec une forme élancée et une présence sur la route qui satisfait même les plus exigeants. Il y a aussi des jantes de 18 pouces en option, qui donnent plus d’attrait à la voiture et remplissent bien les grands passages de roues.

Les phares Full LED sont de série dès l’entrée de gamme sur la Skoda Octavia Combi, mais peuvent également être mis à niveau vers l’éclairage LED Crystal, avec un look plus raffiné et une technologie adaptative, et la matrice LED, avec un pack comme celui ajouté à notre exemple. Voici les dimensions : longueur 4 689 mm x largeur 1 829 mm x hauteur 1 470 mm, avec un empattement de 2 686 mm.

Fiche technique de la Skoda Octavia G-TEC (Combi)

  • Nombre de cylindres / cylindrée : 4 / 1.498 cc
  • Puissance maximale : 96 kW /5 000-6 000 tr/min
  • Couple maximal : 200 Nm /1 400-4 000 tr/min
  • Norme sur les gaz d’échappement : Euro 6d-ISC-FCM
  • Type de transmission : traction avant
  • Boîte de vitesses : automatique DSG à 7 rapports avec mode manuel tiptronic
  • Poids : 1 431 kg
  • Volume du coffre min/max : 495/1 560 l
  • Capacité du réservoir d’essence : 9 litres
  • Capacité du réservoir de gaz naturel comprimé : 17,33 kg
  • Pneus : 225/45 R18
  • Vitesse maximale : 212 km/h
  • Accélération de 0 à 100 km/h : 9,6 secondes
  • Consommation combinée : 5,458 – 6,810 m3/100 km
  • Émissions de CO2 combinées : 97,6 – 121,8 g/km

G-TEC et CNG : que vaut-elle ?

L’Octavia CNG conserve le moteur de la version précédente, un 4 cylindres 1,5 TSI de 130 ch et 200 Nm de couple, associé à la transmission à double embrayage DSG à 7 rapports et alimenté par trois réservoirs de GNC (gaz naturel comprimé) d’une capacité de 17,33 kg, plus un réservoir de 9 litres pour l’essence.

Le Virtual Cockpit, un tableau de bord numérique doté d’un écran couleur de 10,2 pouces, est proposé de série à partir du niveau de finition moyen et comporte de nouveaux écrans qui permettent de voir à tout moment les niveaux de GNC et d’essence, ainsi que l’autonomie totale et l’autonomie couverte par chaque carburant.

Notre G-TEC fonctionne toujours au gaz naturel et il n’y a pas de bouton pour changer de carburant. Il ne passe à l’essence que lorsque le méthane est épuisé (lorsque la pression descend en dessous de 11 bars), lorsque la température extérieure descend en dessous de -10°C ou après avoir fait le plein. Le siège du conducteur est confortable, quelle que soit votre taille, et vous vous habituerez rapidement au petit sélecteur de vitesse à impulsion électrique.

Il suffit de quelques kilomètres pour se rendre compte que même en version GNC, l’Octavia reste une voiture confortable et facile à conduire.

Dans le trafic urbain, qui n’est pas exactement son environnement idéal, elle ne vous fatigue pas : la direction est légère, même lors des manœuvres. Ses défauts incluent une mauvaise visibilité arrière : au moins, les capteurs de stationnement arrière sont de série sur la version d’entrée de gamme. Ce n’est que sur la version Style, plus riche, qui est celle que nous avons testée, que des capteurs de stationnement avant et une caméra sont montés de série.

Motorisation au gaz naturel

Le moteur turbo 1,5 litre de la G-TEC se distingue par sa régularité et sa vivacité : une excellente chose, mais comme cette voiture a été choisie pour réduire les coûts, si vous avez le pied lourd, habituez-vous un peu car si vous poussez un peu plus fort, il montera en régime en un rien de temps. En quittant la ville, si vous choisissez ensuite le mode sport DSG, il devient encore plus gai grâce à la réponse plus rapide de la boîte de vitesses, de quoi convaincre les plus sceptiques sur le GNC.

Si vous en voulez plus, vous devez ajouter 150 euros pour obtenir le Driving Mode Select, le sélecteur de style de conduite, qui modifie également la réponse du moteur et de la direction. Mais elle ne semble pas être la bonne voiture pour ce genre de choses. Le Dynamic Chassis Control, le châssis adaptatif avec amortisseurs à réglage électrique, n’est pas non plus proposé en option : il n’est disponible que sur les versions d’au moins 150 ch.

La suspension et les pneus de 18 pouces abaissés contribuent également à la précision de la voiture, tout comme son poids : 1 431 kg en ordre de marche.

Ce n’est que si vous la conduisez vraiment à la limite, que vous remarquerez que la direction est un peu trop légère et pas assez précise et que la familiale a tendance à rouler un peu plus : on remarque ici l’absence du multilink, destiné uniquement à l’Octavia la plus puissante : celles animées par des moteurs de moins de 150 ch à l’arrière ont des roues imbriquées.

Sur l’autoroute, la conduite est agréable : le confort est assuré par le silence, grâce à un aérodynamisme favorable, et une bonne absorption des bosses par les amortisseurs. Dès les trajets sur autoroute, vous apprécierez les bonnes qualités de reprise du moteur, même après un fort ralentissement. Le système de freinage est toujours sûr, quelles que soient les circonstances.

Même en GNC, l’Octavia Combi est agréable à conduire ; si vous voulez des chiffres, elle peut atteindre une vitesse de pointe de 212 km/h et accélère de 0 à 100 km/h en 9″6.

En ce qui concerne les chiffres, l’entreprise affirme que la consommation de carburant en cycle combiné WLTP se situe entre 3,9 et 4,1 kg aux 100 km. Lorsque le méthane s’épuise, vous ne remarquez rien, mais vous êtes rapidement informé par le cockpit virtuel que vous roulez désormais à l’essence.

Skoda affirme que lorsqu’il fonctionne au gaz naturel, la G-TEC réduit les émissions de CO2 de 25 % par rapport à la version à essence, un chiffre qui peut atteindre 35-40 % en utilisant 20 % de biométhane et même 90 % si vous faites le plein dans des centres qui utilisent presque exclusivement du méthane dérivé de déchets biologiques.

Aides à la conduite

L’Octavia est également très sûre et les systèmes d’aide à la conduite dont présents dès la version d’entrée de gamme et de série il y a : le régulateur de vitesse adaptatif, avec réglage automatique de la distance jusqu’à 210 km/h, le Lane Assistant, le système de maintien du véhicule dans la voie qui corrige la trajectoire dès que vous approchez de la ligne de démarcation, le dispositif de reconnaissance de la fatigue du conducteur et le Front Assistant, la surveillance radar de l’espace devant la voiture avec freinage d’urgence et reconnaissance des piétons et des cyclistes.

Ce qui manque est assez bon marché dans la liste d’options du catalaogue, car pour 400 euros seulement, vous pouvez ajouter le pack Travel Assistant, que je recommande car il ajoute le système de reconnaissance des panneaux de signalisation, la fonction prédictive du régulateur de vitesse adaptatif (qui ajuste la vitesse en fonction du véhicule qui vous précède, de l’itinéraire et des panneaux de signalisation), l’assistant de voies adaptatif, le système permettant de maintenir la voiture au centre de la voie et l’assistant embouteillage, le système permettant une conduite semi-autonome dans les embouteillages.

Lorsque vous êtes coincé dans le trafic, le système intervient sur le moteur, les freins et la direction, et fait avancer l’Octavia en fonction de la vitesse des voitures qui la précèdent. Il comprend également un assistant d’urgence au cas où le conducteur ne réagirait pas aux avertissements du système.

Intérieur de l’Octavia G-TEC

En jetant un coup d’œil à l’intérieur, que nous connaissons maintenant bien, on constate que cette nouvelle génération fait un grand pas en avant en termes de qualité perçue.

Le tableau de bord est entièrement recouvert de matériaux moussés, en haut et en bas, puis au milieu d’une bande de tissu. Dans le tunnel central, on trouve des plastiques un peu plus rigides mais bien assemblés.

La dernière tendance est de réduire de plus en plus les commandes physiques dans l’habitacle : ici, les commandes de climatisation sont toutes dans le menu dédié de l’écran tactile. L’habitabilité, en revanche, a été réussie haut la main : quatre personnes peuvent voyager très confortablement ; si vous ajoutez un cinquième passager, vous devrez vivre avec le tunnel central, qui est étroit mais plutôt haut.

Deux des réservoirs de GNC sont en matériau composite et sont situés sous le plancher de chargement : cela permet d’éliminer le double fond et de réduire la capacité du coffre à 495 litres, qui peut être portée à 1 560 (les autres versions revendiquent 640 et 1 700 litres). Le troisième réservoir, en acier, se trouve sous le canapé arrière.

Technologie de l’Octavia

La voiture dispose d’un système d’infodivertissement basé sur la plateforme MIB 3, l’une des meilleures du marché, n’est pas une mince affaire. L’Octavia offre déjà beaucoup dès la version d’entrée de gamme : un écran multifonction avec ordinateur de bord de 4,2″, une radio avec DAB+ numérique, un écran tactile de 10″, Bluetooth et 8 haut-parleurs, un assistant vocal, un mode sans fil pour Apple CarPlay et Android Auto pour le GPS de la voiture et le système multimédia, 2 ports USB de type C.

Dans la finition intermédiaire, le Virtual Cockpit avec un écran de 10,2 pouces et le système de navigation avec Gesture Control et des cartes européennes 3D gratuites et évolutives sont ajoutés.

Équipements et prix

La Skoda Octavia G-TEC Combi est proposée en quatre niveaux de finition : Ambition, Executive, Style et la version Sportline, plus sportive, qui a été ajoutée récemment pour l’année modèle 2022. Bien sûr, vous pouvez également l’obtenir en tant que berline. Un équipement riche dès la version d’entrée de gamme, et nous l’avons déjà constaté.

Proposé uniquement avec la boîte DSG, son tarif débute à 29 350 euros pour la berline, 30 400 pour la station, et monte à 33 600 pour le Wagon dans la version Sportline, qui lui confère un look plus agressif : il se distingue par ses détails extérieurs noirs brillants (calandre, coques de rétroviseurs latéraux, mains courantes et encadrements de fenêtres), ses jantes en alliage 17″ aero design. La version GNC ne dispose pas d’une assiette surbaissée de 15 mm, mais l’habitacle est un peu plus sportif avec une sellerie de couleur sombre, qui s’étend à l’insert en tissu du tableau de bord, des surpiqûres contrastantes, un volant sport et des pédales en aluminium.

Il y a peu de voitures qui, comme l’Octavia, peuvent se vanter d’avoir une gamme aussi large : avec des moteurs TSI turbo essence et TDI turbodiesel, des versions hybrid, plug-in hybrid, la sportive RS, avec 245 ch essence ou plug-in hybrid, et 200 ch avec le 2.0 TDI, également 4×4. Et n’oublions pas la version Scout, avec sa posture surélevée, ses pare-chocs spécifiques, sa protection du soubassement et sa transmission intégrale à commande électronique.

Nous avons déjà vanté les qualités de la dernière génération de la Skoda Octavia : plus belle et plus technologique qu’auparavant, spacieuse, offrant une qualité de vie à bord, agréable à conduire et très sûre. Dans la version GNC, il y a aussi les coûts très bas : elle coûte le même prix au quotidien qu’une petite voiture, il est difficile de dépenser moins d’environ 4 euros pour parcourir 100 km.

Alternatives

Parmi les quelques alternatives, on trouve également la Golf Break, animée par le même moteur turbo 1,5 litre de 130 ch. Mais que pensez-vous de la nouvelle Skoda Octavia fonctionnant au méthane ?