clio ioniq
Accueil Blog Essence ou hybride rechargeable ? Consommation, coûts et émissions : le dossier

Essence ou hybride rechargeable ? Consommation, coûts et émissions : le dossier

Nous sommes en 2020 et à l’heure où vous êtes sur le point de prendre une décision concernant l’achat d’une nouvelle voiture, il est presque impossible de ne pas penser à un moteur alternatif à l’essence ou au diesel classique.

Hybride ? Plug-in hybride ? Électrique ? Quels sont les avantages ? Consomme-t-elle vraiment moins ? Qu’en est-il des coûts d’entretien et d’achat ? Il y a tant de questions, en fait, tant de réponses, et souvent il n’est pas facile d’y répondre en se basant uniquement sur les données déclarées par les constructeurs automobiles. Nous avons donc pensé que la meilleure façon de commencer était de réaliser un test sur le terrain. Profitant de la disponibilité de Hyundai, qui a mis à notre disposition une Ioniq Plug-in Hybrid pendant quelques jours, nous avons décidé de comparer la consommation de carburant de cette dernière et de d’une petite citadine essence, comme la Renault Clio (la citadine la plus vendue en France) sur le chemin du travail.

Il ne s’agit évidemment pas d’une expérience scientifique, même si elle a été menée en essayant de simuler les conditions réelles d’utilisation des deux voitures. Mais plutôt de l’histoire d’une expérience qui vous permettra peut-être de vous forger une opinion sur les deux technologies.

Comment s’est déroulé le test ?

clio

Elle est basée sur les conditions actuelles, d’usage, que nous faisons de notre petit voiture citadine en ville. Cependant, nous parlons d’une combinaison d’éléments qui peuvent être facilement assimilés à ceux de nombreuses autres personnes. La Renault Clio est une voiture assez répandue (surtout dans le monde des pros) et en tout cas comparable à beaucoup de voitures du même segment, qui préparent probablement leur retraite.

De la même manière, le trajet que de nombreux citadins réalisent chaque jour pour aller au bureau et en revenir est parcourus par de nombreux conducteurs. Un itinéraire constitué d’autoroutes, de rocades et de routes urbaines. La distance entre le domicile et le bureau pour notre test est d’ici environ 50 kilomètres.

Parlons un peu des deux voitures de test. La première semaine, nous avons recueilli les données issues des trajets effectués avec la Renault Clio, avec un moteur trois cylindres de 100 ch, 1.0 TCE.  D’autre part, comme mentionné ci-dessus, nous trouvons une nouvelle Hyundai Ioniq Plug-in Hybrid équipée d’un moteur 1.6 GDI Plug-in de 141 ch avec transmission automatique DCT. Le moteur thermique est donc une essence de 105 ch épaulé par un moteur électrique de 44,5 kW et une batterie lithium-ion polymère de 8,9 kWh.

Ce sont des voitures d’un segment totalement différent, mais néanmoins utiles pour commencer à avoir une idée de ce que peuvent être les différences de consommation de carburant, et d’approche de la conduite. Vous voulez savoir comment ça s’est passé ? Voici la suite.

Les premiers résultats

ioniq

Résumons donc cette expérience en commentant un peu les résultats et en essayant de définir quelles économies peuvent être réalisées en termes d’argent et d’émissions par rapport à une voiture du même niveau que celle qui peut être achetée aujourd’hui.

Avec la Renault Clio, nous avons parcouru un total de 535 kilomètres avec une consommation moyenne, via l’ordinateur de bord, de 21 kilomètres au litre. Comme on sait bien que l’ordinateur de bord n’est jamais infaillible et très précis, à la fin de la semaine, nous avons fait le plein et recalculé la consommation réelle qui était de 25,5 litres, pour un coût de 39,66 euros. Au vu de ces données, la consommation moyenne s’élève à 20,2 km/Litre, ce que, compte tenu de la voiture et de ses caractéristiques, l’on peut définir comme bonne.

Même procédure pour le Hynudai Ioniq : 515,4 km parcourus et 18,18 litres de consommation réelle à la fin du test, pour un total de 26,16 euros dépensés. La consommation moyenne était donc de 28,6 km avec un litre, ce qui reste une excellente valeur si l’on considère le segment. La différence en faveur de la Ioniq est donc d’environ 8,6 km avec un litre, ce qui n’est pas peu de chose, si l’on considère que c’est une voiture plus lourde, 1450 kg contre 1050 kg (en ordre de marche), plus spacieuse et théoriquement plus puissante.

rechargeable

À ce stade, en considérant les données recueillies, et en prenant comme paramètre le coût de l’essence au moment du test, nous avons un coût total pour une année de trajets domicile-travail d’environ 1920 euros pour la Clio et 1375 euros (y compris les recharges de l’ordre d’une par semaine) pour la Hyundai Ioniq Plug-in mentionnée ci-dessus. Une économie d’environ 550 euros par an.

Quelques années pour amortir l’investissement

Il faut y ajouter les coûts fixes tels que la carte grise, pour laquelle l’Ioniq, comme tous les hybrides, et en général les voitures qui sont en dessous d’un certain seuil d’émissions, peuvent bénéficier de certaines exemptions ou réductions. Vous comprenez cependant que si le raisonnement que nous faisons découle de la nécessité de changer de voiture, comparer ces chiffres peut nous donner une idée approximative de ce que seront les économies. Toutefois, cela ne nous permet pas de calculer combien de temps il faudra pour réduire la différence de prix d’achat entre cette Ioniq, et une voiture de la même catégorie.

Nous avons donc cherché un concurrent à la hauteur de la tâche et, compte tenu du segment, des performances, de l’équipement embarqué et de la consommation de carburant qui sont comparables à la Clio, pour que les calculs qui viennent d’être faits restent valables, nous avons trouvé une alternative intéressante dans la Peugeot 308. La Peugeot 308 a un prix catalogue, d’environ 26 000 euros. Avec les mêmes équipements et options, le Hyunai Ioniq Plug-In a un prix catalogue, d’environ 31 000 euros. Il faudra donc plusieurs années, au moins 5 à priori pour amortir la différence de prix d’achat.